Les tables alphabétiques décryptées par un prêtre du 18e siècle

Lorsque l’on lit les registres paroissiaux, parfois les prêtres de l’époque nous racontent des anecdotes, faits de la vie de l’époque. Là ce sont des explications sur la manière de tenir les tables alphabétiques des registres. Un exemple Guillaume Le Roux, clerc des sacrements du 18e siècle au Havre (76) nous explique comment utiliser son recueil en forme de dictionnaire afin de trouver plus aisément les extraits de baptêmes, mariages et inhumations. C’est l’ancêtre des tables décennales que nous connaissons aujourd’hui.

  • Il nous explique que la première colonne de son tableau n’est remplie que de trois lettres qui sont répétées telles que « b » pour baptême; « m » pour mariage et « i » pour inhumation.
  • Dans la 2e colonne est noté le nom de baptême (le prénom)
  • Dans la 3e colonne ou est la grande lettre, sont les noms de famille par lesquels il faut faire la recherche des extraits que l’on aura besoin et non par les noms de baptêmes (pour nous c’est évident);
  • Dans la 4e colonne sont écrit les noms des pères et mères des personnes nées ou décédées avec le nom des femmes mariées ainsi que ceux des maris et femmes décédées;
  • Dans la 5e colonne est l’âge des personnes décédées (sinon rien du tout pour le reste)
  • Dans la 6e, 7e et 8e colonne sont marqués les jours, les mois et les années auxquels les personnes sont baptisées, mariées ou inhumées.

Mais là ou cela devient intéressant c’est comme le précise ce prêtre sont les 2 annotations en marges des pages de registres :

  • Le premier est une étoile qui annonce d’un coup d’oeil la mort des prêtres et Ecclésiastiques de tous les ordres :

 

  • La seconde est une petite croix qui annonce tous les enfants nés illégitimes :

Par ailleurs Guillaume Le ROUX précise qu’il faut faire attention de ne pas chercher les extraits de ces enfants par le nom du père mais par le nom de famille de la mère, quoiqu’il y en a cependant quelques uns qui sont au nom du père mais ils sont très rares.

Il faut observer dit-il que les extraits mortuaires des enfants décédés sans avoir reçu les cérémonies du baptême ne sont point mentionnés dans son dictionnaire, comme n’étant d’aucune utilité, il aurait été inutile de les écrire.

Voici l’avis au lecteur du prêtre :

Pour retrouver cette page de registre c’est dans la commune du Havre, paroisse Saint François : 3E 00999 – 1668 – 1772

Mais ce n’est pas tout !!! – A la fin du registre Guillaume nous raconte quelque chose sur l’histoire de France :

signé Guillaume Le ROUX – Qu’en pensez-vous ?

N’hésitez pas à poster vos commentaires ci-dessous :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>