Les registres de recensement et le projet ExpoRecens

Les recensements sont très utiles pour connaître la composition d’une famille qui réside dans une commune.

Retrouver sa famille dans les recensements n’est pas évident car ces listes nominatives sont classées par rues et les noms de rues ne sont pas forcément classées par ordre alphabétiques et encore faut-il savoir où la famille habitait !

Donc la recherche est longue et pénible…

Mais heureusement qu’il y a actuellement le projet ExpoRecens qui a pour objectif de créer une base de données comprenant les listes nominatives des recensements de la population à l’aide du logiciel Recens. Ce dernier permet saisir les relevés de recensement efficacement. On peut également participer à ce projet (travail de longue haleine !) Cela va faciliter à terme les recherches de personnes dans ces registres.

A noter que Jean Louis GARRET est le créateur et l’administrateur de ce projet et que c’est à lui qu’il faut fournir les données de saisies pour publication.

Voici comment se déroule le travail des recenseurs – en début de registre en 1900 :

On a les explications de pourquoi on ne peut pas retrouver certaines catégories de personnes (voir plus bas)

La liste nominative des habitants de la commune doit comprendre tous les habitants qui résident habituellement dans la commune, c’est à dire qui y habitent le plus ordinairement, qu’ils soient ou non présents au moment du recensement.

Il y a donc lieu d’y inscrire tous les individus, quels que soient leur âge, leur sexe ou leur condition, qui ont dans la commune un établissement permanent, une habitation personnelle ou de famille ; et il n’y a pas lieu de distinguer s’ils y sont anciennement ou nouvellement établis, s’ils sont Français ou étrangers.

La liste nominative sera établie à l’aide des feuilles de ménages, qui donnent : 1 dans la première section, les habitants résidents, présents dans la commune au moment du recensement ; 2° dans la deuxième section, les habitants qui résident habituellement dans la commune, mais qui en sont momentanément absents.

Il ne faudra pas transcrire sur la liste nominative les noms portés dans la troisième section de la feuille de ménage (hôtes de passage), puisqu’ils se rapportent à des personnes ne résidant pas dans la commune.

Il n’y faudra pas non plus inscrire les noms des individus qui appartiennent aux catégories de population comptées à part, conformément à l’article 2 du décret du 20 janvier 1901 (militaires, marins, détenus, élèves internes, etc) ; ces individus figureront seulement numériquement dans le cadre spécial qui termine la liste nominative (cadre B, page 8 du modèle.

D’après les explications qui précèdent, on devra inscrire sur la liste nominative, alors même qu’ils n’auraient pas de domicile a eux propres ou qu’ils seraient momentanément absents :

  • Les gendarmes ;
  • Les préposés des douanes ;
  • Les membres des communautées cloîtrées et ceux des coagrégations religieuses attachés à demeure à des établissements hospitaliers ou d’instructions dans la commune ;
  • Les ouvriers domiciliés dans la commune qui travaillent momentanément au dehors ;
  • Les malades résidant habituellement dans la commune et qui sont momentanément dans un hôpital ou une maison de santé ;

On ne doit pas inscrire sur la liste nominative, quoique présents :

  • Les militaires et marins casernés dans la commune (à l’exception des officiers et sous-officiers qui ne sont pas logés avec la troupe, et des gendarmes) ;
  • Les détenus de toute catégories ;
  • Les vieillards, les indigents, les infirmes et les aliénés recueillis dans les dépôts de mendicité, les asiles et les hospices ;
  • Les élèves internes des établissements d’instruction publics ou privés ;
  • Les membres des communautés religieuses non cloîtées (à l’exeption de ceux qui sont détachés d’une manière permanente au service des hospices ou des écoles dans la commune) ;
  • Les ouvriers étrangers à la commune occupés aux chantiers temporaires de travaux publics ;
  • Les individus exerçant des professions ambulantes ;
  • Les marins des canaux et des rivières qui n’ont d’autre habitation que leur bateau, et généralement tous les individus qui ne sont dans la commune qu’en passant et avec l’intention de retourner à leur résidence habituelle.

Chaque case ne portera qu’une seule inscription, de telle sorte que chaque page renferme trente noms, ni plus, ni moins, sauf la dernière. Les noms devront être lisiblement inscrits.

Colonnes 1 et 2. – Les noms des quartiers, sections, villages, hameaux ou rues seront écrits de manière à se trouver en regard des noms des individus qui sont les habitants de chacune de ces parties de la commune. On doit, en général, commencer le dénombrement par la partie centrale ou principale, le chef-lieu ou le bourg ; de là on passera aux dépendances principales, puis aux habitations éparses. Dans les villes, on procèdera par rues quartiers, faubourgs, dans l’ordre alphabétique des rues.

Colonnes 3, 4 et 5. – On procédera par maison ; dans chaque maison, par ménage. Il y aura pour chaque maison un numéro qui sera le même pour tous les ménages qu’elle referme. Chaque ménage se distinguera également par un numéro d’ordre. On ouvrira devant chaque numéro une accolade assez grande pour comprendre tous les individus d’un même ménage.

Colonne 6 et 7. – On inscrira d’abord le chef de ménage, homme ou femme, puis la femme du chef, puis ses enfants , s’il en a ; puis les ascendants, parents ou alliés faisant partie du ménage ; enfin, les domestiques, les employés  et les ouvriers qui vivent en commun avec la famille.

Colonne 10. – On fera connaître dans cette colonne la situation de chaque individu par rapport au ménage dont il fait partie, c’est à dire qu’on indiquera s’il en est le chef ou l’un des membres , s’il y appartient en qualité de parent ou d’allié, ou seulement comme employé ou domestique à gages.

Tableau recensement

profession

Cela nous donne de précieux indices sur les personnes

Avez-vous trouver des membres de votre famille dans ces registres ?

Laisser un commentaire