Le musée de la Grande Guerre du pays de Meaux (77)

Un musée à voir absolument c’est bien celui de la Grande guerre qui se trouve à Meaux dans la Seine et Marne (77). Ce musée retrace les grandes étapes de la 1ère guerre mondiale et permet de se mettre dans la peau d’un ancêtre poilu avec des décors saisissants et de découvrir des milliers d’objets utilisés pendant la Grande Guerre !

Le musée de la Grande guerre

En passant sous la voute du musée, on marche sur une carte géante en béton des principales batailles dans le Nord de la France à l’échelle 1/200. En se promenant pour retrouver la bataille de Verdun, on entend via des hauts parleurs des bruits sourds et inquiétants de l’artillerie lourde, il y a même à côté un vieux canon prêt à tirer !!

Brrr.. l’endroit n’est pas sur, il faut vite entrer et se réfugier dans le musée !!

Le début de la visite commence par une projection d’images et de vidéos de guerre qui dure 4 min avec un compte à rebours des dates clés de la guerre.

Des centaines d’objets utilisés pendant la Grande Guerre vous attendent !!!!

La discipline de feu pour les soldats : (affiche)

Le feu est exécuté de pied ferme et dans des positions du tireur debout, à genouet couché. Le premier devoir du soldat dans les feux est d’observerles principes suivants :

  • Conserver le plus grand calme, prendre toujours une position correcte et réglementaire, ne pas gêner l’homme du deuxième rang, en levant le coude de façon exagérée.
  • Ne charger l’arme ou ne laisser de cartouches dans le canon qu’au moment de faire feu.
  • N’ouvrir le magasin que sur l’ordre d’un officier ou du chef de la troupe.
  • Ne tirer que lorsque l’ordre en est donné.
  • Ne brûler que le nombre de cartouches prescrit.
  • Diriger uniquement ses coups sur l’objetif indiqué ; avoir toujours les yeux sur cet objectif, qu’il ne faut cesser de regarder que pour disposer la hausse.
  • Prendre avec soin la hausse prescrite.
  • Charger vite, mais viser attentivement.
  • Viser le pied du but ou le portrait du cheval d’un cavalier qui s’avance à moins de 200 mètres.
  • Cesser de tirer dès que l’ordre en est donné.
  • Utiliser pour tirer les points d’appui à proximité.
  • Le soldat isolé et agissant hors la surveillane immédiate de ses chefs ne doit pas tirer à plus de :
  • 200 mètres sur un homme abrité ou couché;
  • 300 mètres sur un homme debout où à genou;
  • 450 mètres sur un cavalier isolé;
  • 600 mètres sur un groupe de quatre hommes et plus;
  • Le soldat doit enfin connaître parfaitement les régles de tir du fusil

1886, paragraphe 158

Devoirs du soldat en garnison :

  • Observer les règles de la discipline;
  • Ne jamais s’énivrer : l’ivresse peut conduire aux actes les plus graves;
  • S’aider et s’encourager mutuellement;
  • Détourner les camarades d’une mauvaise action;
  • Avoir toujours une tenue correcte dans les rues, les promenades, les gares et les trains, soit en garnison, soit en permission.
  • Ne pas crier, ni siffler, ni chanter;
  • Prêter main-forte aux agents de l’autorité quand ils le réclament.
  • Se désintéresser de toute lutte politique ou de parti.

Le Drapeau :

Le drapeau est le symbole de la patrie et l’emblème de l’honneur. Soldat

 

C’est un signe de ralliement dans les combats

Il rappelle les batailles où le régiment s’est illustré.

 

Puis on entre dans la salle principale :

 

Salle principale

 

Les tranchées :

Les tranchées

Les tranchées

Un canon de 120 mm :

Un canon de 120mm

Les blessures provoquées par l’artillerie sont dévastatrices et les éclats d’obus occasionnent fractures et broiements de membres qui, pour l’époque, sont généralement une cause d’amputation.

Les blessés sont donc très nombreux et à partir de 1915 la chaine d’évacuation des ambulances, automobiles et trains sanitaires s’améliore. Chaque unité possède un ou plusieurs postes de secours en arrière des lignes où les blessés reçoivent les soins de première urgence. Le médecin va « trier » les blessés en fonction de leur état.

Les soins des blessés

Voir mon article sur les archives de la SAMHA – pour comment retrouver un ancêtre blessé pendant la 1ère guerre mondiale.

Mais souvent les soins se font souvent attendre et beaucoup de soldats succombent après avoir attrapé une infection.

Affiche

Après l’armistice, vint le traité de Versailles qui imposé à l’Allemagne est signé le 28 Juin 1919. Il ramène l’Alsace et la Lorraine à la france et redistribue les colonies allemandes aux vainqueurs. Mais ce traité mal considéré par l’opinion allemande va en être pour quelque chose pour le conflit suivant.

LA DER DES DER – Plus jamais ça !!! – un bilan lourd

  • 75 millions d’hommes mobilisés
  • 9,5 millions de morts
  • 21 millions de blessés

 

L’entrée du parking avec les drapeaux :

L'entrée du parking

Pour y aller :

rue Lazare Ponticelli  77100 Meaux

tarif : 10 euros plein tarif

Lien du site du musée de la Grande Guerre

 

 

 

 

Laisser un commentaire